VICTIMES ENFANTS / ADOS

Si tu es victime de harcèlement et de violences, IL FAUT QUE TU PARLES !

Ne garde pas tes souffrances pour toi, il existe des personnes prêtes à t'aider.

Les lignes qui suivent vont t'aider à garder confiance et à y voir plus clair, lis-les!

TU N'ES PAS RESPONSABLE DE LA VIOLENCE QUE TU SUBIS !

Quelle que soit la forme de violence dont tu es victime, tu n'en es pas responsable !

La seule personne responsable de la violence est l'agresseur et c'est à lui de prendre ses responsabilités !

Harcèlement scolaire

Le harcèlement est une violence répétée et continue, sur une longue période, par un élève ou un groupe d'élèves envers un autre. Les attaques peuvent être psychologiques, verbales ou physiques et se prolonger sur les réseaux sociaux. Si tu es insulté(e), rabaissé(e) et/ou ignoré(e) par une ou plusieurs personnes, si on se moque de toi et te laisse volontairement à l'écart du groupe, tu subis du harcèlement.

  • on te traite de nul(le), d'incapable, on te dit que tu ne vaux rien

  • on se moque de ton physique, on te dit que tu es moche, gros(se), etc.

  • on se moque de tes vêtements, de tes lunettes ou de ta manière de parler

  • on te dit que tu ne mérites pas de vivre

  • on t’insulte toi et/ou ta famille

  • on te bouscule, on cache tes affaires ou on les détruit

  • on te bloque le passage, on te tire les cheveux

  • on te pousse parterre, on te tape dessus...

Tu te sens triste, angoissé(e), tu as perdu ta joie de vivre mais tu n’en parles pas car tu as peur et tu as honte. Tu ne veux pas inquiéter tes parents ni tes professeurs ou tu penses qu’ils ne pourront pas t’aider alors tu fais comme si tout va bien. Tu t’isoles et tu te replies sur toi-même...

 

Il faut réagir. C’est à toi de dire STOP !

 

Le harcèlement n’est pas une fatalité. Des adultes peuvent t’aider, mais pour cela, IL FAUT QUE TU PARLES !

 

A qui parler ? 

Tu dois pouvoir trouver dans ton entourage une personne à qui te confier :

  • ton papa, ta maman

  • un adulte de confiance

  • ton professeur

  • ta tante, ta grand-mère, ton oncle, un ou une ami(e) de tes parents, la voisine… 

  • l’infirmière scolaire, la médiatrice

  • ton médecin

  • ton professeur de sport ou de musique

Comment choisir à qui parler ?

Il faut choisir une personne de confiance qui saura t’écouter et choisir le bon moment pour que cette personne soit réceptive.

Comment t’assurer qu’on t’a entendu(e)/compris(e) ?

Tu peux demander à la personne : 

  • Maintenant que je vous ai dit que je subis de la violence, qu’allez-vous faire ?

  • Comment allez-vous m’aider ? 

Si tu as l’impression que ton interlocuteur ne réagit pas suffisamment, tu dois garder courage et parler à quelqu’un d’autre ! Il ne faut pas t’arrêter en cas d’échec, tu finiras par trouver la personne adéquate pour t’aider !

 

Que faire si tu as peur ?

Il est normal d’avoir peur si quelqu’un te menace.

Mais il faut OSER PARLER !

Il faut savoir que le plus souvent, la violence augmente. Plus on parle rapidement, mieux on s’en sort. Il faut vraiment parler au plus vite.

 

En te taisant, tu protèges ton agresseur, tu lui permets de continuer !

 

Si ton harceleur te menace, il ne faut pas l’écouter et chercher de l’aide. Le plus souvent, les menaces ne sont pas mises à exécution. Les agresseurs sont des lâches.

Lorsque tu auras parlé à un adulte responsable et à ton écoute, il fera en sorte de te protéger. La direction de ton établissement scolaire devra réagir pour que le harcèlement cesse. Parfois on peut changer de classe ou d'école, de collège. En cas de violence physique, la justice peut mettre en place des mesures d’éloignement pour que tu ne croises plus ton agresseur.

Sache que les choses évoluent dans la vie, que ça ne va pas durer toujours et que ta situation finira par s’améliorer SI TU REFUSES DE RESTER DANS LE SILENCE.

Si tu crains que ton agresseur ait des problèmes ?

Chacun est responsable de ses actes ! Celui qui fait du mal choisit de le faire. Il ou elle doit en assumer les conséquences. Cela lui permettra aussi de comprendre les règles de la vie en société et d’éviter qu’il/elle recommence avec une autre victime.

En osant dénoncer ton agresseur, tu protèges aussi d’autres camarades !

 

Comment éviter d’être pris pour cible ?

La gentillesse et l’empathie sont de grandes qualités. Ne change pas !

Si des adultes te disent que tu es « trop gentil(le) », c’est leur manière de te dire que tu ne poses pas de limites assez claires pour qu’on te respecte. Que tu devrais être plus ferme avec les autres, ne pas les laisser empiéter sur ton espace privé et te défendre si on t’insulte, te rabaisse ou t’agresse physiquement.

Tu as le droit de mettre des limites claires pour qu'on te respecte.

 

Essaie de bien rester entouré et de te faire des amis proches, si tu n'en as pas déjà.

Les harceleurs s'en prennent souvent à des personnes isolées, car ils sont ne souvent pas très courageux.

Par ailleurs, nous te conseillons de faire en sorte qu'un éventuel harceleur comprenne que tu ne te laisseras pas faire. Montre que tu sais utiliser les mots pour te défendre et que tu n'hésiteras pas à le dénoncer. Si l'agresseur comprend que tu ne seras pas une proie facile et que tu ne te laisseras pas faire, il passera certainement son chemin.

Dans tous les cas, c'est le harceleur qui a un comportement inadéquat, pas toi ! 

Alors tu n'as aucune raison d'avoir honte de ce qui t'arrive !

Comment reconstruire ta confiance en toi ?

Être harcelé(e) est blessant et toute blessure, qu’elle soit physique ou psychologique, doit être soignée. 

Tu peux le faire par exemple :

  • en pratiquant des activités qui te font te sentir bien (sport, activité créatrice ou culturelle, en rapport avec la nature, etc.)

  • en suivant une thérapie (il n’y a pas de honte à aller voir un psychologue ou un coach)

  • en suivant un cours d’autodéfense

Si tu te sens triste ou déprimé, il faut demander de l'aide. Les solutions pour aller mieux existent et tes parents sauront certainement trouver celle qui te conviendra le mieux. Pour cela, il faut leur parler et leur dire ce que tu ressens, car ils ne peuvent pas le deviner.

Attention aux réseaux sociaux !

Pour éviter les problèmes, les insultes, il est conseillé d’éviter de publier sur les réseaux sociaux des photos trop sexy, avec des poses suggestives, en maillot de bain, dénudées ou provocantes. Cela peut développer l’agressivité de certains garçons (convoitise) ou de certaines filles (jalousie).

Par ailleurs, le danger est partout sur les réseaux sociaux, on ne sait pas à qui on a affaire. Certains adultes mal intentionnés se font passer pour des adolescents.

 

De manière générale, il est déconseillé de faire des photos ou des films intimes avec ton/ta petit(e) ami(e). Il/elle pourrait un jour les diffuser si vous êtes fâchés. Ne te déshabille jamais devant un écran pour faire plaisir ou parce qu'on t'y pousse, te menace. Dis NON !

Certains garçons utilisent également des photos intimes pour faire des pressions et obtenir des faveurs sexuelles.

 

Et plus tard, tu pourrais avoir honte de certaines photos que tu trouves sympas aujourd’hui... Quand tu chercheras du travail, ça pourrait aussi être gênant.

Quelques adresses et infos pour les enfants/ados en SUISSE

© 2020 APM

  • Facebook